Épilepsie Info


Site de Partage d'Informations sur l'Épilepsie


Le 11 Février, c'est la Journée Européenne de l'Epilepsie


Qui est en ligne ?

Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 18 le Ven 27 Déc - 16:12

Derniers sujets

» aidez moi !
par Dr_Banner Lun 8 Sep - 0:29

» 11 Février 2014: Journée Européenne de l'Epilepsie
par Dr_Banner Dim 24 Aoû - 3:31

» Epilepsie : définition, symptômes, traitements, où en est-on ?
par Dr_Banner Dim 24 Aoû - 3:29

» Unis pour la journée Européenne de l’Épilepsie par la Députée Nathalie Griesbeck (11 Février)
par Dr_Banner Dim 24 Aoû - 2:56

» Epilepsie : l'Inserm réussit à identifier différents types de crises
par Dr_Banner Dim 24 Aoû - 1:06

» Epilepsie : l'Inserm réussit à identifier différents types de crises
par Dr_Banner Dim 24 Aoû - 1:04

» Fédération pour la Recherche sur le Cerveau - Epilepsie
par Dr_Banner Dim 24 Aoû - 1:02

» Forum Vivre avec l'Epilepsie
par Dr_Banner Sam 23 Aoû - 23:11

» Comment un cerveau sain devient épileptique ?
par Dr_Banner Sam 23 Aoû - 22:11

» Conférence un éclair dans la tête à l’IRTS Lorraine : L’émission de Mirabelle TV
par Dr_Banner Sam 23 Aoû - 21:58

» Accueil Epilepsies Grand Est
par Dr_Banner Sam 23 Aoû - 21:53

» Toutes les épilepsies sont-elles opérables ?
par Dr_Banner Sam 23 Aoû - 16:17

» Les traitements de l'épilepsie ont-ils beaucoup d'effets secondaires ?
par Dr_Banner Sam 23 Aoû - 16:04

» La découverte d'un gène impliqué dans certaines formes d'épilepsies
par Dr_Banner Sam 23 Aoû - 16:01

» Allaitement et épilepsie : un bienfait pour l'enfant
par Dr_Banner Sam 23 Aoû - 15:58

» Épilepsie : des traitements impressionnants
par Dr_Banner Sam 23 Aoû - 15:56

» Les Recherches sur le site "Allô Docteurs"
par Dr_Banner Sam 23 Aoû - 15:53

» LFCE : Ligue Française contre l'Epilepsie
par Dr_Banner Sam 23 Aoû - 15:30

» Ligue francophone belge contre l’Epilepsie
par Dr_Banner Sam 23 Aoû - 15:29

» Fondation Française pour la Recherche sur l'Epilepsie
par Dr_Banner Sam 23 Aoû - 15:28

-96%
Le deal à ne pas rater :
Chargeur sans fil – Samsung EP-P1100 Intérieur – ...
0.94 € 20.94 €
Voir le deal

    Epilepsie : l'Inserm réussit à identifier différents types de crises

    Dr_Banner
    Dr_Banner
    Hulk

    Messages : 171
    Date d'inscription : 21/07/2013
    Age : 46
    Localisation : Occitanie

    Epilepsie : l'Inserm réussit à identifier différents types de crises Empty Epilepsie : l'Inserm réussit à identifier différents types de crises

    Message par Dr_Banner le Dim 24 Aoû - 1:04

    Bonjour Smile

    Voici un article du site de la Fédération pour la Recherche sur le Cerveau

    Epilepsie : l'Inserm réussit à identifier différents types de crises
    http://www.frc.asso.fr/Le-cerveau-et-la-recherche/Actualite-de-la-recherche/Article/epilepsie-l-inserm-reussit-a-identifier-differents-types-de-crises

    Une percée majeure vient d'être faite par deux équipes de l'Institut de Neurosciences des Systèmes (INS) - Inserm U1106 à Marseille. Elle est publiée dans la revue Brain (Jirsa et al., On the nature of seizure dynamics, Brain, 2014), des travaux en partie financés par la Fédération pour la Recherche sur le Cerveau.

    "Qu’est ce qu’une crise d’épilepsie? Cette question constitue une énigme pour les patients, leurs proches, les chercheurs et les médecins depuis des siècles. Parce que les crises arrivent souvent sans signe avant coureur avec des manifestations cliniques qui peuvent être spectaculaires, comportant des manifestations comportementales effrayantes et parce que les mécanismes ne sont pas connus, l’épilepsie reste stigmatisée et associée à un fort sentiment de honte chez les patients et leur entourage. Comme souvent, ce sont l’ignorance et la peur de l’inconnu qui créent le rejet.

    Pour les chercheurs et les médecins, la crise est considérée comme un problème très difficile à résoudre, faisant appel à des mécanismes très complexes. Ce préjugé vient aussi de notre ignorance des mécanismes.

    Une percée majeure vient d’être faite par deux équipes de l’Institut de Neurosciences des Systèmes (INS) – Inserm U1106 à Marseille. Combinant neuroscience théorique, recherche fondamentale et clinique, les chercheurs ont apporté la preuve que les principes qui régissent le début, le décours et la fin des crises d’épilepsie focales (une forme d’épilepsie très répandue) sont d’une très grande simplicité et invariantes entre les régions du cerveau et les espèces, de la mouche à l’Homme. Les chercheurs ont démontré qu’il existe un nombre limité de règles qui régissent le début et la fin de la crise, permettant de classer rigoureusement les crises ; une classification qui sera très utile aux cliniciens pour le traitement de ces crises.

    Le point de départ est simple : tout cerveau sain peut faire une crise, par exemple après un électrochoc, un traumatisme crânien etc. sans être et sans forcément devenir épileptique. Autrement dit, cette activité du cerveau qu’est la crise existe à l’état latent chez chacun d’entre nous.

    Nous allons utiliser une métaphore pour décrire le résultat principal. Représentons nous l’activité du cerveau au moyen d’un personnage qui se déplace dans un pays composé de montagnes, de vallées, de plaines, de plages etc. Les différentes régions du pays constituent autant d’activités dans lesquelles le cerveau est engagé (par exemple, lire un livre, faire du vélo etc.). Au sein de ce pays, il y a un endroit très particulier : une zone interdite entourée d’une très haute barrière. Cette zone interdite est toujours là, elle fait partie du paysage, mais notre personnage ne peut pas y pénétrer. Cette zone interdite, c’est la crise d’épilepsie. Il faut des conditions extrêmes pour rentrer dedans (on peut catapulter notre personnage pour le forcer à passer au dessus de la barrière – comme par exemple après un électrochoc).

    Les chercheurs de l’Institut de Neurosciences des Systèmes ont construit un modèle mathématique décrivant ce qui se passe à partir du moment ou la barrière est franchie (début de la crise) jusqu’au moment ou le personnage finit par ressortir de la zone interdite (fin de la crise) et retrouver une activité normale à l’extérieur. Ils ont montré que les trajectoires d’entrée et de sortie de la crise suivent des règles mathématiques simples et précises. Ils ont aussi montré que la crise est peut être la forme d’activité la plus simple – ou primitive – que le cerveau peut générer.

    Ils ont ensuite vérifié expérimentalement les prédictions du modèle. Ils ont pu ainsi montrer que les règles d’entrée et de sortie de la crise étaient invariantes de la mouche à l’Homme.

    C’est donc la même zone interdite qui est présente dans la plupart des régions du cerveau à travers les espèces !

    L’épilepsie n’a donc rien de magique. La crise est naturellement codée dans nos neurones. Elle est toujours possible, mais dans un cerveau « sain » la probabilité qu’elle se produise est très faible.

    Que se passe-t-il chez les patients qui font des crises ?

    Chez les patients, la barrière s’est effritée, et il est beaucoup plus facile de rentrer dans la zone interdite. Cette destruction de la barrière est un phénomène très courant. Elle se produit naturellement au cours du vieillissement, et c’est pour cette raison que la fréquence de l’épilepsie augmente avec l’âge. Les enfants sont aussi très susceptibles aux crises d’épilepsie, parce que leur barrière n’est pas assez haute.

    De nombreuses pathologies comme l’autisme, la maladie d’Alzheimer, la maladie de Huntington sont associées à des crises d’épilepsies, parce que les effets destructeurs que ces pathologies engendrent dans le cerveau finissent par éroder la barrière.

    C’est pour cette raison que l’épilepsie peut exister seule ou associée à d’autres pathologies. Les conditions pathologiques, la maladie, ne font que révéler une activité qui existe potentiellement en chacun de nous.

    Pourquoi l’épilepsie est-elle si difficile à traiter ? Les chercheurs ont démontré que la zone interdite peut être pénétrée à de multiples endroits. Autrement il y a de nombreuses façons d’effriter la barrière (la partie nord-est, sud-ouest etc.). Cette multiplicité de possibilités explique pourquoi les traitements doivent être adaptés à chaque patient, parce que le passage de la barrière ne se fait pas forcément au même endroit d’un individu à l’autre.

    Ces travaux revêtent une importance majeure, non seulement parce qu’ils contribuent à démythifier l’épilepsie, mais aussi parce qu’ils fournissent un cadre conceptuel pour mieux comprendre les mécanismes des crises et proposer de nouvelles solutions thérapeutiques".

    Jirsa et al. On the Nature of Seizure Dynamics, Brain.
    Sources :
    Inserm

    Pour en savoir plus :
    http://www.huffingtonpost.fr/christophe-bernard/quest-ce-que-lepilepsie-_b_5484648.html
    http://www.franceinfo.fr/actu/societe/article/epilepsie-l-inserm-reussit-identifier-differentes-types-de-crises-494601


    ------------------------------ signature ------------------------------

    Sois toi même, tous les autres sont déjà pris (Oscar Wilde)


      La date/heure actuelle est Jeu 27 Fév - 9:32

      Ne ratez plus aucun deal !
      Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
      IgnorerAutoriser